/

Comprendre ta peur de l’échec pour pouvoir la dépasser

3 conseils pour vaincre ta peur de l’échec

Connais-tu la peur de l’échec, tu sais cette crainte irrationnelle que bien souvent nous ne voulons pas voir mais qui pourtant nous entrave et nous empêche d’avancer, d’aller de l’avant ? Je suis quasi sûre que oui car je ne crois pas me tromper en disant que nous l’avons toutes déjà connue, la connaissons sans doute encore parfois et la connaîtrons probablement de nouveau face à l’inconnu. Pour l’apprivoiser je l’apparente souvent aux monstres de notre enfance, cachés sous le lit ou dans le placard, qui nous terrorisaient. Ils nous semblaient bien réels jusqu’au jour où nous osions braver notre peur pour découvrir qu’en réalité les monstres n’existaient que dans notre esprit. Alors si tu es prête à regarder cette peur en face, je t’accompagne en te donnant quelques clés pour la comprendre et la dépasser.

Pourquoi as-tu peur de l’échec ?

Depuis ta plus tendre enfance, on te fait croire qu’il n’y a que la réussite qui compte. Du haut de tes trois pommes, tu voyais bien la déception de tes parents ou de ton instituteur lorsque ton classement affichait C plutôt que que A. Au collège, tu ressentais bien la honte et la tristesse quand on te faisait remarquer que toute la classe passait en 2nde sauf toi. Au lycée, c’est de l’injustice et de la colère que tu ressentais quand tu obtenais les encouragements au prix de gros efforts et qu’on te disait que les félicitations, c’était mieux.

Du coup tu as grandi avec une fausse vision de l’échec, une croyance limitante qui te fait penser que l’échec c’est mal. Et en plus, tu associes de manière souvent inconsciente les échecs que tu as vu dans le regard des autres à ta valeur personnelle. Inutile d’avoir une boule de cristal pour voir que tous ces « échecs » mal vécus ont fait de toi un adulte qui manque cruellement de confiance en soi et qui a peur d’échouer. Cette peur va en continu créer et alimenter d’autres peurs : peur d’essayer, peur de demander, peur de décevoir, peur de se tromper, peur de la nouveauté, peur de perdre, peur de se lancer, peur du changement, peur de faire des erreurs…

Femme qui manque de confiance en elle

Rassure-toi, ce n’est pas irréversible. Prendre conscience de ce mécanisme et apprendre à repérer tes peurs va te permettre de les apprivoiser pour envisager les choses différemment.

Comment la peur de l’échec se traduit-elle dans ton corps et dans ton esprit ?

Dans ton corps, la peur de l’échec va probablement se traduire par des blocages physiologiques qui, interprétés au premier degré, te conforteront dans l’idée que tu ne seras pas en mesure de passer « l’épreuve » ou d’affronter « l’obstacle ». A cela vont s’ajouter des facteurs émotionnels tels que l’angoisse ou l’anxiété qui vont décupler l’inconfort que tu peux ressentir face à l’inconnu. Et histoire de bien entretenir la peur, des pensées négatives vont tourner en boucle dans ta tête : je ne vais jamais y arriver, ça va mal se passer, ce n’est pas le bon moment…

Femme forte

Bref, tout va être réuni pour te laisser penser que c’est perdu d’avance. Sauf que je peux te certifier que cette peur là, comme les autres d’ailleurs, n’est pas invincible. Tu peux décider d’être plus forte qu’elle. Pour illustrer ça, je vais te donner un exemple personnel qui m’avait vraiment interpellée.

Pour l’anniversaire d’une personne qui compte énormément pour moi, ma fille et moi avions eu l’idée de contribuer à l’animation de la soirée en nous mettant sous les projecteurs pour lui chanter une chanson qu’elle aimait : moi au chant et ma fille m’accompagnant au chant avec son ukulélé. Je dois préciser que le chant ne fait pas partie de mes talents et que les seuls moments ou je chante c’est sous la douche. Je n’avais pas vraiment anticipé la difficulté que ce serait pour moi de chanter en public, face à des personnes que je ne connaissais pas forcément, car l’idée était avant tout partie d’un élan du cœur. Nous avions prévu de faire une dernière répétition, une petite demi-heure avant notre “entrée en scène” et là catastrophe… presque plus de voix alors que ma voix était tout à fait normale quelques minutes avant. J’aurais pu dire que non, désolée, finalement je ne pouvais pas le faire car « bien malgré moi » j’étais dans l’incapacité de chanter ce soir là mais dans ce cas, j’aurais laissé ma peur de l’échec triompher et je ne le voulais pas. J’ai donc pris un moment pour me recentrer sur moi et sur le pourquoi je souhaitais chanter ce soir là. Ça m’a aidé à me convaincre que ma volonté serait plus forte que ma peur et ça a fonctionné. J’en garde désormais un merveilleux souvenir et je sais que je peux y faire appel quand mon corps ou mon esprit me fait défaut. C’est une ressource intérieure positive inestimable.

3 conseils pour dépasser ta peur de l’échec

1. Définis clairement ton objectif

Le point commun entre un changement à effectuer dans ta vie personnelle ou professionnelle, un défi à relever, une idée folle à concrétiser, un rêve a réaliser… c’est que ça te met face à l’inconnu et l’inconnu fait peur. Pour avoir moins peur de te lancer, de faire le premier pas, il est important de bien réfléchir à ton objectif et d’en connaître parfaitement les fondements. Pour cela, je te conseille vivement de te poser ces questions et surtout d’y répondre précisément : qu’est-ce que tu souhaites faire ? Pourquoi ? Est-ce que ça correspond à tes valeurs et à tes besoins ? Et cette dernière question est très importante. Elle va te permettre de juger si cet objectif vient bien du fond de ton être, sans être dicté par ton entourage ou tes croyances limitantes. Si c’est bien le tien, il sera parfaitement aligné avec celle que tu es et cet alignement te donnera une belle énergie pour aller de l’avant malgré ta peur. Parce que oui, elle sera toujours là mais si, à chaque fois qu’elle s’exprime, tu sais lui opposer une définition claire du pourquoi tu fais les choses et bien crois-moi sur parole, elle perdra chaque jour un peu plus de son intensité.

2. Change ta vision des choses

Une bonne manière d’apprivoiser d’avantage ta peur de l’échec, c’est de t’enlever la pression de réussite et de perfection qu’on t’a inculqué depuis l’enfance.

Comment ? En prenant conscience que tout ce que tu entreprends de nouveau comprend obligatoirement une phase d’apprentissage pendant laquelle tu vas essayer, probablement te tromper, essayer à nouveau jusqu’à arriver à ce que tu souhaites. Tu n’as donc aucune obligation de réussir du premier coup et c’est vraiment très important de te le répéter régulièrement. Par contre, tu as d’innombrables opportunités d’apprendre et de te challenger.

Crois en toi

Je ne sais pas ce qu’il en sera pour toi, mais en ce qui me concerne, depuis que je porte ce regard sur tout ce que j’entreprends de nouveau, je me sens beaucoup plus légère et sereine. Je concentre mon énergie sur ce qui est important pour moi et je n’en perds plus inutilement à lutter contre mes peurs.

3. Donne-toi l’occasion d’être fière de toi

La confiance en soi s’alimente par le passage à l’action. Plus tu oses entreprendre de nouvelles choses, plus tu as confiance en tes capacités d’adaptation et de réalisation. Plus tu as confiance en tes capacités, plus tu oses sortir de ta zone de confort. Plus tu sors de ta zone de confort, plus tu te réalises. Plus tu te réalises et plus tu es fière de toi… Tu le vois là le magnifique cercle vertueux dans lequel tu entres si tu oses surmonter tes craintes ? Pour y entrer, encore une fois, ne te mets pas la barre trop haute. Adopte la technique des petits pas. Si ton objectif est ambitieux, découpe-le en petits objectifs atteignables pour démarrer et passe la vitesse supérieure quand tu sens que plus rien ne peut t’arrêter, même pas tes peurs. Je te donne une dernière astuce pour t’aider sur ce chemin : répète-toi régulièrement cette affirmation positive : « je me fais confiance et me sens en sécurité même si je ne connais pas mon avenir ».

Se libérer de la peur, c’est faire grandir son Être pour s’autoriser à être soi. J’espère de tout cœur que cet article t’insufflera l’envie de te réaliser pleinement et de reprendre les rênes de ta vie. Je peux t’accompagner sur ce chemin si tu le souhaites. Une de mes formules répond parfaitement à ce besoin. Clique ici pour la consulter. Pouvoir te retourner un jour sur ton parcours en te disant que tu n’as aucun regret, n’est-ce pas un magnifique cadeau à t’offrir ?

Partage cet article

Inscris-toi à ma newsletter

Reçois chaque semaine des conseils et astuces
pour t’aider à être pleinement toi et à oser prendre ta place

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.