/

Comment faire de l’audace une de tes forces ?

4 clés pour vivre avec audace

Les personnes qui changent de vie sont souvent considérées comme des super-héros qui aiment prendre des risques, qui n’ont pas peur de se jeter dans le vide sans filet. Être sûr de soi fait partie des qualités qu’il faut avoir pour cela. J’ai changé de vie et je ne me reconnais pas du tout dans cet état d’esprit. La peur et le doute font et feront toujours partie de moi. Je n’ai absolument pas l’envie de les bannir de ma vie parce qu’en les analysant, je m’aperçois qu’ils ont bien souvent des choses très intéressantes à m’apprendre sur moi-même. Ce sont de précieux alliés pour avancer sur le chemin de la connaissance de soi à partir du moment où on leur attribue une juste place.
Quand j’y réfléchis bien, ce qui m’a permis de changer de vie, c’est l’audace. Oser être moi, voilà ce qui m’a permis de passer à l’action. Je t’imagine froncer les sourcils et te dire : ok c’est un bien joli concept mais concrètement comment fait-on pour oser être soi ? Dans cet article, je te partage les 4 clés qui m’ont permis d’être celle que je suis aujourd’hui et qui, je l’espère de tout cœur, te donneront envie d’oser être toi à ton tour.

1. Vivre avec audace, c’est s’autoriser à rêver grand.

Ça va peut-être te paraître étrange ce que je vais te dire mais m’autoriser à rêver ma vie, c’est-à-dire à me projeter dans une vie idéale, m’a demandé de véritables efforts. Parce qu’en me projetant dans cette vie-là, je sortais de ma zone de confort pour me heurter à mes croyances limitantes : sophrologue c’est un métier plaisir mais Maryline soit réaliste, on ne vit pas d’un métier plaisir ; la peur du regard et du jugement des autres : quitter un CDI par les temps qui court, quelle inconscience ; la peur de l’échec et de l’inconnu : et si ça ne marche pas, je fais quoi ?

Bien que virtuelle, cette vie rêvée pointait mes zones d’ombre du doigt, celles que je n’avais jamais eu le courage et l’audace d’aller explorer justement. Fort heureusement, elle mettait aussi en lumière les dysfonctionnements de ma vie d’alors et l’issue que tout cela aurait si je continuais à faire l’autruche. J’ai réalisé que j’étais clairement en mode survie et que ce mal-être était en train de détruire ma santé et d’abîmer mon âme. Si je te raconte tout cela, ce n’est absolument pas dans le but de te décourager. Bien au contraire, c’est pour te faire prendre conscience que tout changement, même virtuel, amène de l’inconfort.

Femme qui explore ses zones d’ombres

C’est inévitable mais le sachant, tu vas pouvoir t’y préparer et ce sera sans doute plus facile d’avoir, à ton tour, le courage et l’audace de le vivre et de le dépasser pour t’autoriser à imaginer la vie de tes rêves en mode grand format. C’est un premier pas vers ta liberté.

2. Vivre avec audace, c’est oser se dire un grand OUI.

Quand tu oses visualiser ta vie idéale, ça te donne la direction à suivre pour vivre une vie alignée avec celle que tu es au plus profond de ton être mais ça ne te met pas forcément en mouvement. Tu as acheté ton billet, tu es montée dans le train mais il faut attendre que la barrière se lève pour pouvoir démarrer. Cette barrière, c’est ton égo, la voix dans ta tête qui parle fort et qui passe son temps à te mettre en garde : c’est trop risqué, tu ne vas jamais y arriver… Je suis sûre que tu vois bien de qui je parle. Lui il n’aime pas le changement. Son rôle est donc de te projeter dans le futur pour te laisser entrevoir des scenarii catastrophes qui t’immobiliseront dans l’ici et maintenant.

S’il parle trop fort et occupe tout ton espace mental, voici ce que je te conseille de faire pour lui faire baisser le volume : déroule les scenariis catastrophes qu’il te propose en imaginant à chaque fois les solutions envisageables. Tu peux le faire seule ou accompagnée de personnes positives de ton entourage en qui tu as entièrement confiance. Tu vas probablement t’apercevoir que chaque problème trouve sa solution et que par conséquent, il est inutile de t’inquiéter. Alors autant rester ancrée dans l’instant présent tu ne crois pas ?

Femme qui a confiance en elle

Si tu pratiques cet exercice de lâcher prise régulièrement, ton égo va se calmer et tu seras en mesure d’entendre cette petite voix qu’est ton intuition. C’est elle qui s’est exprimée lorsque tu as visualisé ta vie idéale parce qu’elle sait ce qui est bon pour toi. C’est ta meilleure amie, une bonne conseillère qui n’attend qu’une seule chose : que tu apprennes à lui faire confiance, en d’autres termes, à te dire un grand oui en cultivant la confiance en toi.

3. Vivre avec audace, c’est s’entourer des bonnes personnes pour avancer.

Cette fois ça y est, le train est en marche et pour qu’il prenne de la vitesse, il faut alimenter la chaudière. Ben oui, tu es pour le moment dans un train à vapeur et il te reste encore un petit bout de chemin à parcourir avant d’atteindre la correspondance où tu pourras prendre le TGV. Mon énergie, je l’ai tout d’abord puisé dans mon entourage. Les discussions constructives que j’ai pu avoir avec ma famille et mes amis m’ont permis de réaliser que je pouvais oser être différente tout en continuant à leur plaire et à en être aimée.

Ça m’a donné de l’assurance et forte de cette expérience, je me suis dit qu’aller vers les autres, rencontrer de nouvelles personnes pourrait m’aider à élargir mon horizon, à optimiser mon trajet. J’ai donc utilisé le coaching comme une ressource supplémentaire de développement personnel. Se faire aider, avoir un regard professionnel extérieur permet de clarifier ses pensées, renvoie une image de soi positive parce qu’ensemble on creuse, on explore mais au final, la décision nous appartient.

Femmes qui s’entraident

Et quoi de mieux pour avoir confiance en soi et pour l’estime de soi que de prendre la décision de devenir actrice et non plus spectatrice de sa vie ?

4. Vivre avec audace, c’est apprendre à dire non à ses détracteurs.

S’épanouir, oser être soi-même, vivre pleinement demande d’apprendre à s’affirmer. Parce qu’il arrive parfois que ton entourage, plus ou moins proche, ait du mal à accepter ton changement et c’est tout à fait normal au début. Si tu passes de maman ourse à cat woman, ça nécessite un temps d’adaptation… Ça va donc te demander de faire preuve de diplomatie, c’est-à-dire d’expliquer avec tact, sincérité mais aussi détermination les raisons de ton changement, les étapes par lesquelles tu es passée pour accéder à ce qui t’anime et te fais vibrer aujourd’hui.

Tu vas aussi devoir faire preuve de discernement pour repérer les détracteurs, les manipulateurs chez qui ton passage à l’action, ton charisme grandissant va peut-être mettre en lumière des failles qu’ils vont tenter de bien vite remettre dans l’ombre en te tirant vers le bas quelques soient les explications que tu pourras leur fournir. Même si ça te coûte, même si parfois c’est douloureux, c’est à eux qu’ils faudra que tu trouves le courage de dire un grand NON si tu veux réellement monter dans le TGV. C’est aussi ça l’affirmation de soi.

Et pour finir, j’aimerais te dire qu’être audacieuse, ça s’apprend. C’est même un travail de chaque instant. Ça n’empêche absolument pas d’avoir peur, mais ça permet de la dépasser pour éviter les regrets, pour accueillir les compliments et tout ce que la vie a de beau à offrir avec beaucoup de gratitude. Si tu te sens appelée sur ce chemin, si toi aussi tu veux te faire accompagner pour reprendre les rênes de ta vie, lui redonner du sens, tu es au bon endroit. Consulte mes formules d’accompagnement en cliquant ici et surtout, aie l’audace de me contacter pour que nous en discutions.

Partage cet article

Inscris-toi à ma newsletter

Reçois chaque semaine des conseils et astuces
pour t’aider à être pleinement toi et à oser prendre ta place

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.