/

Comment être bienveillante envers toi-même en toutes circonstances ?

Si je te dis «bienveillance», qu’est-ce que cela évoque pour toi ? je suis quasiment sûre qu’instantanément, tu vas te visualiser prendre soin de tes proches, réconforter une amie, aider un collègue. La bienveillance envers les autres t’est familière, mais envers toi-même qu’en est-il ? Si tu as du mal à répondre à cette question, voici mes conseils pour devenir ta meilleure amie.

Laisse ton corps te donner le tempo de la bienveillance envers toi-même

On oublie trop souvent que notre corps est notre meilleur allié. Pris dans le tourbillon de nos vies modernes, on a tendance à le malmener, à ne pas prendre en compte les signes qu’il nous envoie parce qu’en général ce qu’il essaye de nous dire ne nous convient pas ou plus exactement ne convient pas à notre mode de vie. Alors au mieux on essaye de négocier avec lui : donne-moi encore quelques jours (qui se transforment bien souvent en quelques semaines, voire quelques mois) et ensuite c’est promis je prendrai soin de toi, au pire on l’ignore en se disant : ça va passer. Sauf que toutes ces stratégies sont des mauvais calculs. Ton corps est tenace et ne se laissera pas duper aussi facilement. Il sait qu’il agit pour ton bien. Tant que tu ne seras pas à son écoute, il s’exprimera de plus en plus fort et crois-en mon expérience, c’est lui qui a toujours le dernier mot.

Femme à l’écoute de son corps

Alors pour t’éviter bien des désagréments, adopte dès aujourd’hui une stratégie imparable et 100 % gagnante : sois à l’écoute de ton corps et accorde-toi à son rythme. Accueille avec bienveillance les messages qu’il t’envoie. Bien souvent quand il se manifeste, il te parle d’un déséquilibre à corriger. Son but n’est pas de te limiter. Au contraire, en préservant ta santé, il élargit ton champ des possibles. Et s’il t’arrive de juger ses messages incompatibles avec ta vie actuelle, ne passe pas trop de temps à chercher désespérément ce qui dysfonctionne en toi. Bien souvent, ce n’est pas toi le problème. Interroge-toi plutôt sur ce qui ne te convient pas dans ta vie. Est-elle en accord avec tes besoins, tes valeurs, tes désirs, tes envies ?

Parfois il n’y a que quelques ajustements à faire, parfois un travail plus profond est nécessaire. Si tu ressens le besoin d’être accompagnée dans cette exploration, nous pouvons en discuter ensemble. Pour cela, prends rendez-vous avec moi en cliquant sur ce lien. Ça n’engage à rien d’autre qu’à vérifier si l’alchimie opère entre nous.

Sois indulgente (et donc bienveillante) avec toi-même

As-tu déjà remarqué que nous avons une fâcheuse tendance à être beaucoup plus exigeante avec nous-même qu’avec les autres ? On ne peut s’empêcher de passer nos actes au tamis de la culpabilité et il en ressort toujours des « je ne suis pas assez comme si… » ou des « je suis trop comme ça… ». Bref, il y a toujours quelque chose qui cloche et c’est assez rare qu’on arrive à se dire : waouh je suis géniale ! Et tu sais pourquoi ? Parce qu’on laisse beaucoup trop de place à notre ego, ce petit juge intérieur assez sévère et éternellement insatisfait qui loge en nous. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il fait partie des murs et qu’on ne pourra jamais le mettre à la porte. Mais la bonne nouvelle, c’est que nous avons le pouvoir de diminuer son influence sur notre vie. Le tout est de bien comprendre comment il fonctionne pour pouvoir ensuite l’apprivoiser.
L’ego est en fait une création mentale qui a pour rôle de te protéger. Le soucis, c’est qu’il s’alimente de toutes tes croyances limitantes, tes peurs, tes expériences traumatiques passées… Donc il ne va jamais t’encourager mais toujours te réfréner. Dis-toi que derrière chaque jugement négatif que tu te portes se cache en fait une blessure de ton ego.

Observe tes pensées et dès que tu te surprends à te juger trop sévèrement, cherche en toi à quoi cela fait référence. N’hésite pas à entamer un dialogue bienveillant avec ton ego pour identifier ce contre quoi il cherche à te mettre en garde et le rassurer sur le fait que tu as bien pris en compte son alerte, mais qu’elle n’a plus lieu d’être aujourd’hui parce que tu as grandi, mûri, changé… Fais preuve d’empathie, de compassion et de générosité envers toi-même, comme tu le ferais envers tes proches.

Le dernier conseil que j’aimerais te donner sur ce sujet est d’appliquer le 4ème des accords toltèques qui dit : « Fais de ton mieux », sachant que ton mieux change à chaque instant en fonction de ton énergie du moment. C’est un puissant déculpabilisant quand on manque d’énergie ou de volonté pour aller dialoguer avec notre ego.

Prends soin de ton écosystème

Quand je parle de ton écosystème je te parle de toi, de ton environnement (ta famille, tes amis, ton boulot, tes activités sociales, le lieu où tu vis…) et des interactions et liens qui vous unissent.

En ce qui te concerne, prendre soin de toi ça consiste tout d’abord à te maintenir en bonne santé en adoptant une hygiène de vie adéquate : alimentation équilibrée, pratique sportive régulière… Des conseils sur le sujet, tu en trouves à la pelle sur internet donc je ne vais pas trop m’y attarder. J’aimerais quand même attirer ton attention sur ton sommeil. Ce que j’observe souvent chez les femmes actives, c’est qu’elles sacrifient assez facilement des heures de sommeil pour remplir leurs obligations et s’accorder un peu de temps libre.

Garde à l’esprit que le sommeil est le moteur qui alimente ton énergie. Sans énergie, difficile de se mettre en mouvement. Tu auras beau avoir les meilleures intentions du monde, ta vie restera au point mort. Et si tu lis cet article, c’est justement que tu veux du changement dans ta vie. Alors plutôt que de retarder l’heure de te mettre au lit, essaye de remettre à demain les tâches qui peuvent attendre sans sacrifier pour autant le temps que tu accordes à ton bien-être. Si tu souhaites en savoir plus sur cette thématique, j’y ai consacré un article de blog. Clique sur ce lien.

Pour ce qui est de ton entourage, une des clés de ton bien-être est d’établir des relations respectueuses, constructives et harmonieuses. Et pour cela, il faut trouver le juste équilibre entre donner et recevoir. Je n’ai malheureusement pas de recette miracle à te donner sur le sujet parce que cet équilibre est vraiment propre à chacun. Ça dépend de tes besoins, de tes envies et toi seule les connais. Par contre, je t’encourage vivement à les exprimer régulièrement pour que ton entourage les comprennent et les respectent. On a souvent beaucoup de mal à le faire parce qu’on se cache derrière la peur de décevoir, d’être juger, de blesser… (tu l’entends là notre faux ami l’ego). Et puis un jour, c’est le trop plein et on laisse exploser sa colère voire la relation. Parfois, c’est bénéfique et c’est très bien comme ça. Parfois ça ne l’est pas et c’est ensuite difficile de recoller les morceaux d’une relation amicale ou amoureuse abîmée. Souviens-toi donc toujours que faire preuve de bienveillance envers soi et envers les autres, c’est aussi savoir s’affirmer en douceur.

Pour conclure, j’aimerais te dire qu’avoir une attitude bienveillante envers toi-même ne consiste pas à te polir, te façonner pour que tu puisses entrer dans un cadre. Bien au contraire, reste toi-même. Accepte-toi comme tu es avec tes limites, tes imperfections… Ne cherche pas à être parfaite parce que personne ne l’est jamais. Je t’encourage dès aujourd’hui à poser un premier acte de bienveillance envers toi-même : fais toi la promesse de tout mettre en œuvre dans ta vie pour que ce soit toujours ton cadre qui s’adapte à toi et pas l’inverse. C’est promis ?

Partage cet article

Inscris-toi à ma newsletter

Reçois chaque semaine des conseils et astuces
pour t’aider à être pleinement toi et à oser prendre ta place

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.