/

Oser être soi par Catherine

Oser être soi

Avec cet article, j’inaugure une toute nouvelle rubrique du blog : “Paroles de femme”. J’y laisserai s’exprimer celles qui le souhaitent sur leur parcours de vie, les difficultés qu’elles ont rencontrées et la manière dont elles ont franchi les obstacles pour devenir celles qu’elles sont aujourd’hui. Puissent ces témoignages t’inspirer, te motiver et t’encourager à vivre une vie alignée avec celle que tu es au plus profond de toi-même.

Cette idée créative m’est venue à la suite d’un atelier fait dans le cadre de la bulle. C’est là que j’y ai rencontré Catherine, slasheuse hypersensible au grand cœur, qui a très gentiment accepté d’écrire ce premier article.

Je ne t’en dis pas plus et te laisse le plaisir de la lire et de la découvrir :

La Bulle c’est un groupe qui a germé dans l’esprit de Sofia Lachkar. Je fais partie de l’aventure depuis le tout début. Je ne le regrette pas. Au fil des ateliers, j’ai eu le privilège de faire la connaissance de femmes motivées et bienveillantes avec lesquelles je me sens bien et en confiance.

Lors du cycle de décembre – janvier, nous avons réfléchi au mot qui allait accompagner notre nouvelle année. Pour ma part, j’ai choisi « oser être un colibri ».

Lors du cycle suivant « Ensemble », Sofia nous a proposé de renouer avec la correspondance, la VRAIE, celle que je pratiquais lorsque j’étais enfant ou adolescente.

J’ai reçu la lettre de Maryline, le tirage au sort l’ayant désignée pour m’écrire. Maryline m’a invité à écrire un article pour son blog. Sujet : oser être soi. C’est donc avec plaisir que je relève le défi.

Mais, bien entendu, avec des doutes… Et c’est justement parce que j’ose être moi que je ne vais pas taire mes doutes ni mes incertitudes.

J’ai récemment mis à nu ma haute sensibilité. Je commence à l’accepter. J’ose me montrer sensible. Jusqu’à présent, j’avais eu tendance à cacher mes ressentis. Non pas parce que j’en avais honte, mais parce que ce trait de tempérament pouvait se retourner contre moi, s’il était utilisé par des personnalités dépourvues de bienveillance et d’empathie. Il n’est pas toujours bien vu dans le milieu du salariat d’être une personne sensible et empathique. C’est le livre de Else-Marie Bruhner « Hypersensible, et alors ? » qui a été un véritable déclencheur pour moi. Et maintenant je peux le clamer haut et fort : la haute sensibilité n’est pas un défaut.

Combien de fois ne m’a-t-on pas dit « Tu es trop sensible » ; « Si tu ne t’endurcis pas, tu vas te faire manger », et ce, depuis que je suis enfant. J’avais presque peur de me montrer touchée par quelque chose. Et c’est – enfin – à 58 ans (mieux vaut tard que jamais 😊), que je décide de me montrer telle que je suis. Il est vrai que le cocon bienveillant de la Bulle m’a permis de me montrer telle que j’étais.

Un autre livre a également été un déclencheur pour moi « Profession Slasheur » de Marielle Barbe. Depuis toujours, je n’ai pas UN mais DES centres d’intérêt. Depuis toujours, je me sens « multiple ». J’ai fait des études supérieures qui m’ont permis d’assouvir cette soif d’apprendre dans divers domaines. Lorsque j’ai commencé à chercher du travail, je ne voulais pas aller dans de grandes entreprises. De manière inconsciente, il me semblait que seule une petite structure, où je pourrais faire des choses variées, me comblerait et ne m’enfermerait pas dans une routine. Je me souviens d’un entretien d’embauche où j’ai eu l’impression d’avoir dit un gros mot en disant que j’étais polyvalente. Je suis persuadée que c’est justement mon profil qui a fait que j’ai eu le poste. Intégrer une toute petite structure où une seule et même personne pouvait tenir plusieurs rôles, ce ne pouvait être que bénéfique pour l’entreprise. En tout cas, c’est ce que je pense. Sans savoir que j’étais slasheuse, j’ai osé me montrer telle que j’étais.

C’est grâce à ce livre que j’ai osé assumer mon choix de ne pas opérer un tri entre mes diverses activités lorsque j’ai construit mon « business model » et mon « business plan », même si je sais qu’il me faut communiquer de manière différente selon mes cibles et choisir le réseau social adéquat pour présenter mes prestations. Depuis mon licenciement en juin 2019 et le début de l’aventure entrepreneuriale combien de fois n’ai-je pas entendu : « Catherine, il va vous falloir choisir » ; « Catherine, vous vous dispersez » ! Lire « Profession Slasheur » m’a boostée, m’a aidée à me dire et à dire aux autres « tel est mon fonctionnement ». À moi de gérer. Il sera peut-être temps de me recentrer à un moment donné.

Je ne sais pas si le colibri est mon animal totem et, en fait, peu importe s’il l’est ou non (je ne voudrais pas que ce soit le serpent car j’ai une peur bleue de cet animal 😊). Une chose est sûre c’est que l’image du colibri s’est imposée à moi lorsque j’ai réfléchi à mon logo. Elle s’est également imposée à moi lorsque j’ai choisi mon mot compagnon pour 2021.

Le colibri est un petit oiseau qui a de la volonté et qui fournit sa part d’efforts, la légende ne dit-elle pas que, de tous les animaux de la forêt, il est le seul à avoir tenté, par ses propres moyens, d’éteindre un incendie ? Il a contribué à la hauteur de ses capacités. Par ailleurs, le colibri n’hésite pas à parcourir des kilomètres et à braver les obstacles. Il me semble que ce petit oiseau me dit que j’ai en moi les ressources nécessaires pour trouver ma voie et pour affronter les difficultés. Il suffit que j’aie confiance en moi et surtout que j’OSE.

OSER est bien le maître mot. Non seulement OSER avancer, OSER entreprendre mais aussi OSER être soi, pleinement, et peu importe ce que les autres peuvent penser. Ne pas se laisser arrêter par la peur du jugement ou le regard des autres.

OSER être soi, c’est aussi se faire confiance, dépasser le fameux syndrome de l’imposteur. C’est aussi dépasser sa peur. Peur de l’échec ? Tant pis. Au moins je me dis que j’aurai essayé. C’est aussi OSER s’affirmer sans pour autant écraser les autres. Je ne suis pas du genre à marcher sur les autres, en revanche j’ai souvent eu tendance à me laisser écraser. Eh bien, maintenant, cela sera : PLUS JAMAIS CELA !

OSER être soi, c’est aussi OSER se montrer tel que l’on est. Eh bien, moi début mars, j’ai décidé d’assumer mes cheveux blancs. Plus de coloration !

Pour finir, Maryline, je ne peux que dire aux gens qui te liront, OSEZ ÊTRE VOUS ! Vous avez tout à y gagner.

Immense merci à Catherine d’avoir osé être la première 💚✨ Je t’invite à découvrir son univers sur son site internet La plume butineuse. Tu peux également la retrouver sur les réseaux sociaux : Facebook, Instagram, LinkedIn.

Si toi aussi tu souhaites partager ton témoignage, tu es la bienvenue. N’hésite surtout pas à me contacter pour que nous en discutions.

Partage cet article

Inscris-toi à ma newsletter

Reçois chaque semaine des conseils et astuces
pour t’aider à être pleinement toi et à oser prendre ta place

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.