/

Pourquoi j’ai choisi de cultiver l’optimisme ?

Pourquoi cultiver l'optimisme

Difficile d’être optimiste par les temps qui courent et pourtant je le suis. Je ne pense pas avoir hérité d’un gène quelconque à ma naissance. Les fées ne se sont pas non plus penchées sur mon berceau pour me doter d’un naturel optimiste à toute épreuve. Ou du moins, si elles l’ont fait, il a dû y avoir un retard à l’allumage car j’ai passé un certain nombre d’années à voir le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein. Mais un jour, j’ai pris la décision ferme et définitive d’inverser la vapeur. J’ai choisi délibérément de faire confiance à la vie. Pourquoi ? Parce que j’ai pris conscience qu’il n’y a que des avantages à cultiver l’optimisme, zéro inconvénient. #jetepartagemonexperience :

1. Qu’est-ce que l’optimisme m’apporte au quotidien ?

L’optimisme me met en mouvement.

Pendant de nombreuses années, mes peurs me paralysaient. Sans même me donner la chance d’essayer, je tuais dans l’œuf toutes ébauches de changement dans ma vie. Je me trouvais toujours tout un tas d’excuses pour ne surtout rien avoir à changer : trop compliqué à mettre en place, pas le temps, pas le bon moment, ok mais on verra plus tard… J’étais certes une wonder woman mais mes supers pouvoirs étaient destructeurs et je n’en avais pas vraiment conscience.

Le jour où j’ai choisi de poser un regard optimiste sur les choses, ça m’a permis de passer à l’action. Ça ne veut pas dire que ma peur s’est envolée du jour ou lendemain, mais le fait de penser que chaque problème trouve toujours sa solution me permet d’aller de l’avant et de dépasser les difficultés et mes résistances internes.

Femme optimiste en mouvement

L’attitude positive renforce la confiance en moi.

J’ai réalisé que ce qui m’immobilisait, c’était de ne pas pouvoir savoir avec certitude ce qui allait se passer demain, dans un an, dans dix ans. Du coup, je m’accrochais à ce que j’avais même si c’était inconfortable et je tentais de me rassurer en me disant ‘ça finira par passer’. Sauf que je me suis aperçue que la force de persuasion, ça ne suffit pas. Si tu ne changes rien dans ta façon d’être ou dans ta vie, rien ne va s’améliorer bien au contraire. Tu vas rester dans l’inconfort, tes tiraillements internes vont être de plus en plus intenses et ton mal être va inévitablement s’accentuer.

Une fois ce constat fait, même en cherchant bien (si si, je t’assure j’ai cherché), je n’ai pas trouvé de solution à mon problème d’incertitude face au futur. Par contre en changeant mon angle d’observation, je me suis aperçue que voir le bon côté des choses, envisager l’avenir avec optimisme laisse forcément moins de place au doute. A quoi bon douter, avoir peur, hésiter puisque je sais qu’au final ça va bien se passer. Peut-être pas comme je l’avais imaginé, mais c’est aussi ça qui rend la vie intéressante. Et comme la nature a horreur du vide, c’est la confiance en moi qui occupe maintenant l’espace vaquant. Cerise sur la gâteau : plus j’ai confiance en moi, plus j’ose entreprendre de nouvelles choses et plus je suis épanouie.

Mon esprit positif me donne le sourire.

Café au bord de l’eau

Mine de rien, la bonne humeur a le pouvoir de me rendre la vie belle. Plus besoin de trois réveils et dix soupirs de découragement en mode ‘je n’y arriverai pas’ pour me sortir du lit. Je me lève chaque matin avec une pêche d’enfer et toute cette énergie positive me porte jusqu’au soir. Je ne suis pas en train de te dire que tout est devenu simple dans ma vie, mais je ne termine plus mes journées de travail épuisée. J’ai l’énergie suffisante pour faire tout un tas de choses, loisirs ou autres, qui me nourrissent et me donnent un bel équilibre de vie.

Du coup, l’image que je renvoie est différente. Il n’est pas rare qu’on me dise ‘tu es rayonnante’. Ça fait toujours plaisir ! Et je me suis aperçue qu’en plus, c’est contagieux. C’est top d’entendre quelqu’un te dire ‘tu m’as redonné la pêche’.

2. Comment je cultive l’optimisme ?

J’en ai fait ma philosophie de vie.

Le jour où j’ai compris que je ne pourrai pas avoir la maîtrise des événements que je vis mais que je peux à chaque instant décider de la manière dont je veux les vivre, j’ai ‘adopté’ une attitude positive qui ne m’a encore jamais fait défaut. Le mot adopté n’est pas anodin. On a vraiment fait un pacte elle et moi et notre mot d’ordre c’est : RELATIVISER. Pour te donner un exemple, quand je me suis lancée dans l’entreprenariat, un monde nouveau s’est ouvert à moi dans lequel j’ai tout à apprendre. Qui dit nouveau peut aussi vouloir dire inconnu, incertitude et donc potentiellement peur de l’échec et de ses conséquences.

Je n’ai aucune certitude sur mon avenir mais comme j’ai délibérément choisi de trouver du positif dans tout ce que je vis, je ne considère pas l’échec comme une fin en soi mais comme un apprentissage. Si ça ne fonctionne pas de cette manière, j’en trouverai une autre qui me correspondra tout autant voir plus. Ça rend la vie plus légère tu ne trouves pas ?

Je travaille mon état d’esprit.

La sophrologie caycédienne m’a appris que, toutes aussi puissantes que mes pensées puissent paraître, j’ai le pouvoir de les contrôler et de les orienter dans la direction que je choisis. Je peux transformer des pensées négatives en pensées positives si je l’ai décidé. Ça n’est bien évidemment pas magique. Ça demande de l’entraînement et de la persévérance mais le résultat en vaut vraiment la peine. Les outils que j’utilise pour cela sont l’autosuggestion et la visualisation positive.

Voici un exemple d’exercice que tu peux faire pour tester ton super pouvoir : si, lorsque tu es face à une situation nouvelle, tu te dis en permanence ‘je ne vais pas y arriver’, transforme cette phrase de façon positive. Ça peut être par exemple ‘je vais réussir’. Répète-là mentalement plusieurs fois avec conviction en te concentrant sur le pouvoir des mots. Puis laisse venir à ton esprit une image positive en rapport avec ce que tu souhaites réussir. Si par exemple tu aimerais changer de job, visualise-toi dans tes nouvelles fonctions et ressens le plaisir et la fierté que ça te procure.

Tu vas engranger tout un tas d’énergie et d’émotions positives qui vont te permettre de te mettre en mouvement. Refait cet exercice dès que tu constates que ce satané ‘ je ne vais pas y arriver’ regagne du terrain et surtout ne te décourage pas. L’esprit s’entraîne comme un muscle. La préparation mentale est tout aussi exigeante que la préparation physique pour une compétition sportive. Elle demande régularité, patience et persistance.

Commence ta journée avec une tasse de positivité

Je m’entoure d’énergie positive.

J’ai décidé de tenir à distance tout ce qui ne me fait pas du bien. Par exemple, je ne regarde plus les infos à la télé parce qu’elles me transmettent des émotions négatives que je n’ai pas envie d’accueillir telles qu’elles me sont proposées. Je préfère m’informer différemment. Je choisis des médias factuels qui me délivrent l’information brute que je peux ensuite analyser et m’approprier comme je le souhaite et non pas comme on semble vouloir me l’imposer.

A l’inverse, je recherche et me nourris d’expériences et d’histoires inspirantes que ce soit au travers de livres, de films, de podcasts, de musique, de discussions avec des personnes constructives… La curiosité et le plaisir de la découverte sont de puissantes sources d’énergie positive. Et ce que je constate chaque jour c’est que, plus je fais le plein d’optimisme, plus il vient à moi facilement. Magique !

Tu vois, devenir optimiste ça n’est pas inné. Ça se décide, ça se construit et ça s’entretient au quotidien. J’ai délibérément décidé de positiver et d’être heureuse quelles que soient les circonstances extérieures. Ça ne m’empêche absolument pas d’être concernée par ce qui se passe autour de moi et dans le monde (crise sanitaire, crise économique, injustices, violences, maltraitances…). Ça me permet au contraire de me sentir plus forte pour y faire face et pour faire ma part de colibri. Alors peu importe si ça n’est pas dans l’air du temps, je persiste et signe : résolument optimiste et fière de l’être !

Et toi dis-moi, que choisis-tu d’être ?

Partage cet article

Inscris-toi à ma newsletter

Reçois chaque semaine des conseils et astuces
pour t’aider à être pleinement toi et à oser prendre ta place

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.